L'espace d'un instant.

← Retour au journal

mai 2018

Fête du Travail.

Nous sommes le premier mai, c'est férié. Dehors, les muguets sont offert, les gens profitent de leur jour férié pour dormir et se reposer. Et moi, penchée sur mes devoirs qui me surchargent je n'ai plus une minute pour moi. (...)

Spectacle.

Sous le nez des projecteurs, le trac montait déjà. Dans les coulisses, tout le monde s'affolait. Et puis il a fallut entrer et prononcer haut et fort les répliques. Au final on s'en est pas mal dépatouillé. (...)

Orientation.

C'est peut-être l'âge, mais je suis troublée. Je n'arrive pas vraiment à me dire. Filles ? Garçons ? Les deux..? (...)

Summer time.

Il fait chaud. Très chaud. Avec les batailles d'eau et les shorts. J'me croirais presque en plein mois de juillet. (...)

Questionnement.

Qu'ai-je vraiment ressenti au fond de moi ? Elle était belle su scène, elle brillait. Une admiration ? Une inspiration ? Ou tout simplement une attirance ? (...)

Sac vide.

J'ai tout balancé, c'est vrai. Maintenant que j'ai vidé mon sac à Alizée, je me sens mieux. Mais, ai-je eu raison de tout lui dire ? Aurais-je mieux fait de garder quelque chose pour moi ? (...)

Histoire.

J'ai une soif d'écrire une nouvelle histoire. En plus, j'ai des milliers d'idées. Il me manque juste le temps et l’occasion. (...)

Eurovision.

Je suis née ce matin...Je m'appelle Mercy. Même s'il y a peu de chances. Si on gagne ce sera avec un beau message. (...)

Photo.

Entre les pages d'un vieux livre dont les pages étaient devenues jaunes. J'ai trouvé une photo de ma mère d'il y a vingt ans. Cette photo était belle, et reflétait une époque que je n'ai pas connu et que je ne connaitrais jamais. Un souvenir, un fragment de temps. (...)

Excitation.

C'est sûr. C'est sûr. C'est sûr. Oh mon dieu je suis si excitée ! Quarante-sept jours. Quarante-sept petits jours et je la reverrai de nouveau. (...)

Poèmes & poèmes.

Hier soir, lire quelques poèmes m'ont fait du bien. Je suis retombée dans la nostalgie de ceux que j'avais déjà appris. Et j'en ai découvert des nouveaux, remplis de beauté. (...)

Arc-en-ciel.

Des dizaines de gens flânent dans les rues. Deux types se tiennent la main, un vieil homme au cheveux longs admire des savons de Marseille, Une jeune femme arpente la route avec des cheveux verts et une démarche légère. Le quartier du Marais est vraiment différent, magnifique. Si beau qu'il me donne des frissons. Comme le drapeau arc-en-ciel, qui se tient fièrement et plane dans le vent. (...)

Dessins.

Des enfants penchés sur le sol du gravier dessinaient. Avec leurs craies de toutes les couleurs, ils gravaient des bonhommes, des maisons et des soleils. Ils riaient, ils étaient heureux. Sans savoir que la pluie importera ces simples dessins pour toujours. (...)

Orage.

L'éclair déchire le ciel et je compte les secondes. Puis le tonnerre gronde. je frissonne. Je n'ai jamais aimé l'orage. (...)